Non-profit statuses initial draft - request for comments and feedback


#1

Hi everyone,

It’s been a few weeks since we talked about A non-profit for Funkwhale and we’ve been rather silent. Together with @gordon and other community members, we’ve been working on a first draft for the statuses of our new collective.

We’re confident enough to share this initial version, and at this point, we really need your feedback to design the last remaining bits and ensure the whole thing is understandable.

What you’ll read is a synthesis, because the actual statuses are being written in french. The full french text (still a WIP) is available here, but we’d like to focus on the bigger picture here.

To ensure we keep the conversation on track, please read the following post entirely before commenting :wink: Especially, we already identified a few potential issues at the end. Also, try to write in english if you can (use your preferred language otherwise). Thank you for your help!


Legal status

Our non-profit will be an Association Loi 1901, which is a french type of collective with an emphasis on simplicity. Starting an Association requires few resources, yet this type of collective can scale from few members to hundreds or even thousands of members.

From a practical standpoint, having an Association will make it possible to:

  • Have a [legal, moral person] behind the project
  • Receive donations
  • Have members in any country
  • Organize ourselves the way we want, but have clear rules regarding the project and the structure
  • Benefit from some fiscal advantages, like tax deduction (long-term)
  • Employ people (long-term)

Starting the Association itself is fairly easy on the delay and paperwork involved. The most complex and important task for us is to design a functionnal and democrating governance process.

Governance

Associations Loi 1901 legally require having a Board, with:

  • A President
  • A Secretary
  • A Treasurer

Typically, people are elected every year to fill those positions, during an Assemblée Générale Ordinaire (AGO). The Board concentrates the executive power within the collective.

Our proposal is to keep the Board to the bare minimum in terms of responsibilities and power, keeping only the paperwork/legally required administrative tasks. Everything else, and especially governance, would be the responsibility of another entity, the Steering Committee.

The rationale behind this choice is that Board members have to interact with French authorities / services / administrations. Splitting the administrative and governance parts makes it possible for foreigners to get involved in the decision process by joining the Steering Committee.

The Steering Committee holds the power to give an actual direction to the project, and many responsibilities:

  • Set up, monitor, maintain and improve all the contribution, decision and discussion tools and processes
  • Give an orientation to the project, offloading the important discussions and decisions to the community, and deciding only when no consensus is reached
  • Draft a budget, on a regular basis, to retribute contributors and invest the ressources needed to develop the project

Committee members are elected during the AOG by the collective members.

Moderation Committee

Additionally, the collective will also elect a Moderation Committee, whose role is to:

  • Write/Maintain a Charter
  • Ensure collective members and contributors honor the Charter terms
  • Act on when the Charter is not being honored

The initial draft for the Charter is still being written, but we’ll be able to share our first draft soon.

We think having an independent Moderation Commitee, with real powers (the Committee can exclude members, either temporarily or permanently, including Board and Steering Committee members) will help maintaining a safe and productive space for everyone.

Members and Contributors

Members are people who joined the collective and paid their yearly adhesion fee. Assuming they joined for at least one year, they can vote during the assemblies.

Contributors are people who contributed on the project with discussions, translations, development, bug reports, documentation, administration, organization, or any other assimilated task during the past 6 months. Ultimately, the Steering Committee can decide what is or not a valid contribution.

Contributors can be elected as Steering Commitee members.

Election process

Board

Election: during the AOG
Mandate: 1 year, renewable
Seats: 3 (president, secretary, treasurer)
Restrictions: Board members must be members of the association for at least 1 year (or founding members)

Steering Committee

Election: during the AOG
Mandate: [?] year, renewable
Seats: 3, 5 or 7
Restrictions: Steering Committee members must be members of the association for at least 1 year (or founding members), contributors and be coopted by any other contributor

Moderation Committee

Election: during the AOG
Mandate: [?] year, renewable
Seats: [?]
Restrictions: Moderation Committee members must be members of the association for at least 1 year (or founding members)

Safety measures

Any collective faces internal conflicts and troubles, and we did our best to design a defensive set of rules to ensure, at all time, that collective can survive and overcome issues:

  • The Board can demote Steering Committee members (e.g. if someone abuses their power), or any other member
  • The Moderation Committee can demote any member
  • Assuming power positions in Board, Moderation and Steering committees require to have some history in the collective. We think 1 year is a good balance to discourage troublemakers while keeping things open for everyone else
  • The budget proposal made by the Steering Committee must be shared publicly and can be refused by the Board if there is a suspicion of conflict of interest
  • Ultimately, members can start an Assemblée Générale Extraordinaire (AGE), at any time, assuming one third of the members chose to do so, and vote on the matters of their choices (e.g. elect a new Board)

Debate topics

  • Does this makes sense to you? Do you see any glaring issue with the current design?
  • Do you think we offer enough guarantees and balance in terms of simplicity, democracy and safety?
  • Do you think we offer enough guarantees in terms of transparency? Should we specify that Steering Committee discussions must be open?
  • Since Steering Committee members are contributors, and the Committee also drafts a budget that can retribute contributors, there is an obvious conflict of interest situation here. Do you think our contermeasures provide enough guarantees against that (the Board can demote a Committee member, and can approve or refuse the Committee budget proposal)?
  • Do you think we should include gender quotas for seats in the Board and Committees?
  • What should be the mandate duration for Steering Committee members?
  • What should be the mandate duration and number of seats for Moderation Committee?
  • Should we dive into the details regarding how the assemblies are organized? (especially in a remote context)

My daily worklog
#2

Salut, j’ai regardé rapidement donc j’ai du loupé des choses. Quelques remarques simplement:

Do you think we offer enough guarantees and balance in terms of simplicity, democracy and safety?

Oui probablement mais le fonctionnement interne de l’association semble tout de même a première vu extrêment lourd.

Do you think we offer enough guarantees in terms of transparency? Should we specify that Steering Committee discussions must be open?

Oui, ces discussion devrait être ouverte. Ou au minimum un compte rendu des réunions devrait être transmis aux membres de l’association.
Une fraction des membres devrait pouvoir forcer la tenue une réunion sur un sujet donné.

Since Steering Committee members are contributors, and the Committee also drafts a budget that can retribute contributors, there is an obvious conflict of interest situation here. Do you think our contermeasures provide enough guarantees against that (the Board can demote a Committee member, and can approve or refuse the Committee budget proposal)?

Surtout, je pense que légalement l’AGO doit valider le budget, ce qui constitue le vrai contrepoid (le fait que le Bureau puisse refuser le budget est une sécurité supplémentaire qui semble bien ! Mais l’AGO doit avoir le dernier mot).

Do you think we should include gender quotas for seats in the Board and Committees?

Non.

Should we dive into the details regarding how the assemblies are organized? (especially in a remote context)

Je pense que ce qui est important c’est surtout d’une part de communiquer l’information que produit les différentes instances de l’association au membre mais aussi de donner un pouvoir de saisine des membres des autres instances. Egalement un pouvoir pour une fraction des membres (suffisament élever pour pas que le fonctionnement de l’asso soit facilement bloqué) de faire convoquer une AGE (assemblée générale extraordinaire) pour révoquer des mandat ou soumettre au vote général les décisions prises par les différentes instances.
L’AGO doit être le moment (organisé correctement en amont) ou toute les décisions importante sont présentée ET expliquées aux membres

Par ailleurs, je pense qu’a ce stade de complexité il serait intéressant d’aller voir un avocat pour en discuter. Si l’argent manque, la plupart des facultés de droit propose des cliniques juridiques où les étudiants se feront un plaisir de compléter leurs formations par un exercice pratique du type “comment améliorer cette gouvernance ?”. J’encourage vraiment à leur écrire un exemple: http://cliniquejuridiquedeparis.com/


#3

Est-ce que tu peux détailler sur ce point ? En particulier, as-tu l’expérience de structures plus légères, en particulier sur leur montée en charge ? Y a-t-il des points précis qui te semblent trop lourds ?

De n’importe quels membres ? De quel genre de réunion est-ce que l’on parle ? Réunion du comité de direction concernant l’évolution du projet Funkwhale, ou fonctionnement de l’association ?

Penses-tu que la diversité soit une priorité et un objectif fort à tout niveau de ce projet d’association ? Si oui, as-tu des idées ou pistes pour s’assurer que tout soit fait pour cela ?
(D’expérience, si on se contente de se dire que c’est important, mais qu’on le passe après tout le reste, on se retrouve instantanément et durablement entre hommes blancs, ce qui en soi est déjà une grosse barrière à la diversification)

Parfaitement d’accord, mais pour moi, c’est déjà le cas dans le brouillon rédigé. D’ailleurs, vu que le post d’ @eliotberriot est un résumé, c’est peut-être juste dans ce dernier que manque l’info concernant les AGE.


#4

Hi, the discussion here seems to be in French, I’ll then answer in French as well, let me know if I should translate it to English.

Réaction au message de @Vmon

Je suis d’accord avec @Vmon, la structure me semble assez complexe. Une question relative à ça, mais que je n’ai pas vu abordée : combien de membres sont espérés (1) la première année (2) dans 3 ou 5 ans mettons. Dans un premier temps, je ne pense pas que la structure atteigne plus d’une centaine de membres adhérents. Peut-être que le comité de modération n’est pas nécéssaire ?

S’il est bon d’avoir dès le début une structure saine et équilibrée, je pense qu’il faut aussi garder en tête que les enjeux ne sont pas extrêmement importants non plus. Ce que je veux dire par là, c’est que des associations/fondations telles que FSF, Mozilla ou autres ont une notoriété et une influence beaucoup plus grande que Funkwhale pour le moment.

Ceci a déjà été évoqué dans l’autre topic : modifier les statuts (pour se doter plus tard d’un comité de modération par exemple) n’est pas une chose insurmontable non plus, il suffit de convoquer une assemblée générale extraordinaire (mais celle-ci peut se dérouler juste avant une AG ordinaire par exemple…) Retarder la création d’un comité de modération a aussi l’avantage suivant : l’expérience montrera quel type de modération est nécéssaire, et permettra donc de le créer pour répondre à des problèmes concrets, et éviter ainsi de mettre en place quelque chose qui ne sera pas totalement adapté.

Quelques petites remarques à la lecture des statuts

Article 2

  • “Objet de l’Association” à la place de “But”. Peut-être élargir un peu l’objet pour pas être pris de court si besoin (par ex: inclure une mention de la Fediverse ?)

  • Généralement, un article précise la durée de l’Association (illimitée dans ce cas)

Article 4

simplification :

Les membres d’honneurs sont désignés par l’Assemblée Générale Ordinaire ou Extraordinaire sur proposition du Conseil de Direction en raison des services éminents qu’iels ont rendus à l’Association. Iels sont dispensés de cotisation.

  • Il me parait également plus logique que ce soit le comdir qui propose un membre, plutôt que le bureau (qui a plus un rôle administratif, d’après @eliotberriot.

  • Pour la 2ème partie de l’article 4, je proposerais :

Toute personne, sans distinction de nationalité ou de lieu de résidence, peut devenir membre adhérent selon les formalités prévues à l’Article 5.

  • Il faut également préciser dans cet article la durée de l’adhésion, par exemple :

  • membres d’honneurs : à vie,

  • membres adhérents : 1 année (calendaire ou civile ?)

Article 5

  • Il me semble qu’un membre n’a généralement pas à signer les statuts de l’asso, mais uniquement la charte/le règlement intérieur. Par ailleurs, le fait que l’association dispose d’une charte n’a pas été évoqué avant dans les statuts.

  • Dans tous les cas, il y a une contradiction entre l’article 4 et l’article 5 (montant de la cotisation fixé par le bureau/l’AG)

  • Par ailleurs, j’enleverais la mention “dans la mesure du possible” concernant le refus.

Article 7

Plutôt :

Les ressources de l’Association se composent de : …

  • À mon avis, il est important de préciser dans cet article quels dons sont autorisés : par des particuliers ? Par des associations ? Par des entreprises ? Est-ce que l’Asso se réserve le droit de refuser un don, notamment s’il vient d’une entreprise ? Peut-être s’inspirer de ce qui se fait dans d’autres structures (Framasoft/Peertube, etc.)

toute autre ressource qui n’est pas contraire aux règles en vigueur

à remplacer par :

toute autre ressource qui n’est pas contraire aux présents statuts et à la Charte en vigueur.

Article 8

  • Il faut préciser ici les rôles : président, trésorier, secrétaire. Je proposerais le texte suivant pour cet article :

L’Association est dirigée par un Bureau composé d’un.e président.e, d’un.e trésorier.e et d’un.e secrétaire. Le Bureau est élu par l’Assemblée Générale Ordinaire pour une durée de une année.

L’Assemblée Générale Ordinaire élit chaque membre du Bureau parmi ses membres adhérents pour une durée de 1 année. Si au moins une personne en fait la demande, le vote se déroule à bulletin secret. Sinon, le vote se déroule à main levée. Les membres du Bureau sont rééligibles sans limite de durée.

En cas de vacance, le.a Président.e pourvoit provisoirement au remplacement du ou des membres manquants. Il est procédé à leur remplacement définitif par l’Assemblée Générale Ordinaire suivante. En cas de nécéssité, le Bureau peut désigner un membre adhérent pour remplacer un membre du Bureau manquant jusqu’à la prochaine Assemblée Générale Ordinaire

Article 9 :

  • 1/4 des membres du bureau, ça fait plus beaucoup de monde :slight_smile:

  • Peut-être fusionner article 8 et article 9 ?

Article 11 :

Ça me parait un peu long/compliqué (formulation)…

Article 12

Il me semble qu’il devrait être fusionné avec l’article 4, ou a minima le suivre directement. Sauf erreur de ma part, cooptation ne s’utilise que par les membres déjà présents dans le comité de direction (dans ce cas). Meilleur serait :

Les contributeurs et les membres adhérents peuvent proposer des membres adhérents au Conseil de Direction au vote de l’Assemblée Générale Ordinaire selon les modalités prévues à l’Article X.

Article 13

  • Composé de contributeurs ou de membres adhérents ? Je pencherais pour la deuxième option. (Quelqu’un ayant ouvert un ticket de bug étant un contributeur, ça me parait un peu maigre pour devenir membre du comdir)

  • Par ailleurs, il est très courant (si ce n’est toujours, je ne sais si c’est pas obligatoire même…) que le Président de l’Association soit également le président du Comdir, et les membres du bureau (au moins Pres, Tres, Sec) soit également dans le Comdir. Cela facilite grandement le travail, et évite les allers-retours entre Comdir et Bureau. Je pense que c’est un point extremement important, et je vous encourage vraiment à considérer cela ! Le président a alors le dernier mot en cas de partage dans le comdir.

  • Il est fait mention dans cet article d’un budget trimestriel, en plus du budget annuel (qui est élaboré par le Bureau et voté en AGO). Est-ce nécéssaire ? Ne peut-on pas envisager plutôt un budget par projet, dont le membre du Comdir responsable serait chargé d’établir avant le début du projet, et peut-être à intervalle régulier également (mais 3 mois me parait un peu court). Ce budget serait voté par le comdir.

  • Enfin, il est courant que les membres du comdir soient élus pour une durée de 2 ans (p. ex.), et soit renouvelé de moitié chaque année. Ca permet une meilleure continuité dans le travail en évitant de tout changer chaque année (c’est court une année ! ) et de mieux former/encadrer les nouveaux. Pour l’Assemblée Générale Constituante, prévoir dans les statuts que : lors de la première réunion du comdir, il sera tiré au sort quelle moitié du comdir est élue pour 1 an et quelle moitié pour 2 an (ou prévoir une autre méthode…)

Article 16

Le passage suivant me parait étrange :

Si le Bureau a pris des décisions engageant l’Association durant son mandat, comme l’exclusion d’un·e membre ou une modification de la Charte, l’Assemblée vote alors l’acceptation de ces décisions, individuellement. Si celles-ci sont refusées, elles sont rendue sans effet.

La plupart des décisions engagent l’Association, l’AGO ne peut pas voter un par un l’ensemble des actes du mandat lors de l’AGO. Ce serait beaucoup trop long et non efficace (revenir sur une décision qui a eu lieu il y a 1 an…). Pour cela, il y a le rapport moral, qui est présenté par le président. Les membres ont voté pour le bureau lors de l’AGO précédente, et ils font confiance à ce bureau pendant 1 année. Si a la fin de l’année, ils estiment que le travail ne correspond pas aux attentes, alors ils votent contre le rapport moral. Bien sur, pendant l’AG, les membres peuvent prendre la parole pour exposer les problèmes qu’ils estiment y avoir dans la gestion de l’association…

Si le rapport moral n’est pas voté par l’AGO : je ne sais pas trop ce qu’il se passe, mais je dirais que c’est un cas à prendre en compte dans les statuts. Plusieurs possibilités : (je pencherais pour la 1ère)

  1. Révocation du bureau et élection d’un nouveau bureau lors de la même AGO (les membres révoqués peuvent se représenter ou pas, à définir, mais je dirais plutôt oui…)

  2. Révocation du bureau et convocation d’une Assemblée Générale Extraordinaire dans les X semaines suivantes.

  3. Révocation du comdir, les options 1 et 2 sont possibles.

Sur l’élection du nouveau bureau : j’ai déjà évoqué cela à l’article 8, où c’est plus adapté à mon avis. Ici, je remplacerais par : “Le nouveau Bureau est élu selon les modalités prévues à l’article 8”.

Article 17

  • Pour ajouter un “contre-pouvoir” au bureau, peut-être ajouter la convocation d’une AGE à la demande de la moitié des membres du comdir?

  • Dernier paragraphe : je remplacerais par :

En cas d’absence de quorum, l’Assemblée Générale Extraordinaire devient de facto une Assemblée Générale Ordinaire, et statue sur les points à l’ordre du jour qui le permettent.

Toutefois, ça me parait un peu ambigü de transformer une AGE en AGO, car il est précisé que l’AGO se réunit une fois par an, durant le premier trimestre. Je propose de remplacer cela par la levée de l’AGE, et la convocation d’une nouvelle AGE dans un délai de X semaines. (Problème : que faire si le quorum n’est toujours pas représenté lors de la 2ème AGE?)

Article 18

  • Il faut préciser qu’une modification de la charte peut être soumise au vote de l’AGO par le comdir/le bureau. (pas besoin d’une AGE pour ça, contrairement aux statuts !)

  • La dernière phrase, je propose :

La charte doit être aprouvée et signée lors de l’adhésion à l’Association. Toute contribution aux activités de l’association au sens de l’article 12 vaut acceptation de la charte. Le comdir pourra se saisir de tout manquement au respect de la charte et prendre les dispositions nécéssaires, pouvant entraîner l’exclusion du membre ou du contributeur concerné selon les modalités prévues à l’article 6, ou être saisi par un membre adhérent.

Article 19

“sont nommés parmi les membres adhérents” ?

Concernant les points soulevés par @eliotberriot dans le OP:

Does this makes sense to you? Do you see any glaring issue with the current design?

Dans le OP, @eliotberriot note très nettement que le bureau se charge uniquement de l’administratif, et que les “vraies” décisions sont prises par le comdir. En lisant les statuts, je trouve que ceci est assez mélangé, et que le bureau a en réalité beaucoup plus d’importance que le “simple rôle administratif”. Selon moi ce n’est pas un problème, car le bureau est aussi élu par l’AGO et doit rendre des comptes. De plus, voir ce que j’ai écrit par rapport à l’article, le bureau est toujours membre du CA, le président de l’association est même le président du CA.

Do you think we offer enough guarantees in terms of transparency? Should we specify that Steering Committee discussions must be open?

Je dirais que les réunions du comdir n’ont pas vocation à être publiques, par contre, il est peut-être bon d’imposer la publication d’un compte rendu de réunion à l’attention des membres. (les réunions des CA ne sont pas publiques… Ce n’est pas un CA mais un comdir dans notre cas, mais c’est assez similaire à mon avis.)

Since Steering Committee members are contributors, and the Committee also drafts a budget that can retribute contributors, there is an obvious conflict of interest situation here. Do you think our contermeasures provide enough guarantees against that (the Board can demote a Committee member, and can approve or refuse the Committee budget proposal)?

Voir ci-dessus, selon moi le bureau doit/devrait faire partie du comdir. Je pense qu’il faut préciser dans les statuts que les membres du comdir ne peuvent pas être rémunérés par l’association. Toutefois, il est très fort probable que les contributeurs rémunérés soient aussi les plus investis dans le projet et les mieux placés pour contribuer à la prise de décision. Il me parait donc important que ces personnes puissent assister et participer au comdir, mais n’y ont pas le droit de vote. C’est un cas classique pour de nombreuses associations qui emploient du personnel.

Une autre solution, serait de réserver 1 siège ou 2 dans le comité de direction aux contributeurs rémunérés. (Un peu à la manière des parents d’élèves dans les conseils d’administration collège/lycée). Ca me parait un peu moins adapté dans un premier temps car @eliotberriot serait probablement le seul contributeur rémunéré…

Pour continuer sur l’exemple du CA collège/lycée, le proviseur préside le conseil d’administration, bien que sa fonction soit la gestion courante de l’établissement et la prise des décisions (courantes et de stratégie (un peu)), et qu’il soit rémunéré pour ça. Certes, un lycée n’est pas une asso, mais c’est quand même un exemple d’un système qui marche pas trop mal et qui a fait ses preuves…

Do you think we should include gender quotas for seats in the Board and Committees?

Comme je le disais dans l’autre thread, pourquoi pas, mais attention à ne pas être coincé en imposant une parité stricte… Peut être que 25% de femmes est un bon compromis…

What should be the mandate duration for Steering Committee members?

Voir ci-dessus, je suggère 2 ans, le comdir étant renouvelé de moitié tous les ans.

What should be the mandate duration and number of seats for Moderation Committee?

idem

Should we dive into the details regarding how the assemblies are organized? (especially in a remote context)

Oui, vu la nature du projet, il me parait important d’imposer 2 ou 3 choses de ce côté là. Par exemple :

  • Vote à distance par courrier ou par internet

  • Obligation de retransmettre les AGE et AGO en vidéo

  • Les convocations aux AGO et AGE se font par internet

Voila, désolé d’avoir été long, mais j’espère que ces quelques commentaires pourront apporter quelques améliorations. Je me suis permis quelques corrections de typos/petites reformulations directement dans le pad, vous pouvez voir ça dans l’historique (?). Dites moi si je n’ai pas été assez clair, ou si ce que j’ai écrit n’est pas pertinent.

Bonne soirée et bon week-end


#5

Oulà, il y a beaucoup de choses, et beaucoup de bonnes idées et de points avec lesquels je suis tout à fait d’accord. Par souci de concision (j’espère), je vais donc m’attarder sur les autres.

Le gros problème que j’anticipe ici est que si on cherche à construire rapidement une structure simple, allant droit au but, on aura en tête « on est une quinzaine de personnes, on s’entend raisonnablement bien, construisons l’asso là-dessus ». Et sans comité de modération, la charte de conduite est parfaitement inutile, car rien ni personne ne peut faire quoi que ce soit en cas de manquement à la charte. Concrètement, ça veut dire que si un·e contributrice a régulièrement des propos racistes, bha le status quo fera qu’on tolèrera ça, parce qu’il n’y aura pas d’outil pour faire comprendre que ce n’est pas tolérable.

Également, si on construit une asso sans comité de modération, en se disant qu’on le rajoutera dans 3 ou 4 ans, il est certain que ça ne se fera jamais.

En résumé, ma position là-dessus : on n’est pas en train de créer une start-up, pour laquelle on cherche à « shipper » le plus vite possible un truc pas forcément fini. On a le temps de préparer quelque chose de sérieux, et je trouverais important qu’on donne l’exemple à d’autres projets. Pour moi, c’est aussi l’ambition de cette asso : chercher à bien faire les choses, et montrer que ça marche, et que c’est plus sain que de fonctionner en gargamelocratie.

Est-ce que rajouter une mention du genre « telle que définie dans l’article 18 » suffirait ?

C’est pour éviter les attaques DOS sur le Bureau : si on spamme de demandes d’adhésion clairement automatisées, le Bureau devrait justifier de chaque refus, ce qui l’empêcherait de fonctionner correctement. Ce « dans la mesure du possible » ajoute un peu de jugement humain pour empêcher d’avoir un fonctionnement trop robotisé.

Je ne sais pas si c’est volontaire, mais c’est plus rigide que ce qu’on a initialement écrit. En le relisant, c’est peut-être un peu obscur, mais on a posé comme seule restriction « au moins deux membres ». Si on veut un·e président·e et deux trèsorièr·e·s, sans secrétaire, on peut. On devrait probablement au moins fixer la composition minimale : une présidence pour la représentation légale et la signature de l’asso, et une trésorerie pour la gestion des pépettes.

En ayant comme contrainte un bureau « d’au moins deux personnes », on peut avoir un bureau à 6 membres rapidement, au moins un quart permet de monter en charge.

Les deux mon capitaine. Seul·e·s les contributeurices membres de l’asso peuvent être éligibles au comdir. Le fait que quelqu’un ayant seulement ouvert un ticket mineur dans les 6 derniers mois soit éligible ne me pose pas de problème, parce que cette personne devra de toutes façons être cooptée par un·e autre contributeurice, et être élue par l’AG. Donc on a assez peu de chances de se retrouver avec une personne peu impliquée au comdir.

Je pense que c’est vraiment le gros point de débat. Je trouve important de découpler les deux organes, pour plus d’indépendance, moins de conflits d’intérêts. Ce que tu soulèves, le fait de faciliter la collaboration entre bureau et comdir, est important (encore qu’il faudrait parler des cas réels pour lesquels le bureau et le comdir devraient travailler ensemble, car je ne pense pas qu’il y en ait autant que ça), mais ça peut se résoudre en permettant au bureau d’intégrer les réunions du comdir, librement ou éventuellement sur invitation.

Pour moi, il y a deux types de gérance dans ce qu’on veut faire : celle de l’association, faire en sorte qu’elle vive, fonctionne correctement vis-à-vis de ses statuts, faire tourner sa trésorerie… et la direction du projet Funkwhale : gérer la communauté, faire en sorte que l’évolution du projet suive le plus possible un consensus, et en cas de besoin, arbitrer sur des propositions d’évolution. Et le comdir est volontairement composé d’un nombre impair de membres pour éviter les partages (et si on arrive à une décision à 3 voix contre 2, il faudrait chercher à trouver une solution qui contente tout le monde). Et du coup, ces deux rôles décisionnels n’ont pas grand-chose en commun. Néanmoins, il est important d’avoir des contre-pouvoirs en cas d’abus, et le bureau a effectivement la possibilité de révoquer le mandat d’un·e membre du comdir (c’est typiquement ce genre de décisions pour lesquelles une validation à l’AG suivante serait nécessaire, à mes yeux). Et le comdir, voire toute l’asso, a la possibilité de révoquer le bureau par une AGE. C’est pour ces raisons que je préfèrerais voir les deux organes indépendants.

On a réécrit ça, à l’origine ça parlait explicitement de faire valider par l’AG les éventuelles exclusions. Pour moi, c’est quelque chose de suffisamment rare et grave pour que toute l’asso ait l’opportunité de dire « on est d’accord avec cette décision particulière du Bureau », ou au contraire « on refuse cette exclusion, la personne en question retrouve sa qualité de membre / membre du comdir ».

Excellente idée :slight_smile:

Outre le fait que les contributeurices les plus actif·ve·s seront très probablement dans le comdir, si pour une personne ce n’est pas le cas, pourquoi lui donner plus de pouvoir décisionnel basé sur le fait que l’asso a considéré ses contributions méritantes d’une rémunération ?

Voilà, c’était assez long, et j’ai répondu un peu au fil de l’eau, n’hésitez pas à me dire si un point n’est pas clair.


#6

Bonjour,

Je vais aussi répondre aux points nécéssaires, je passe sur ceux pour lesquels je suis d’accord… :slight_smile:

  • Concernant le comité de modération :

Pourquoi le comdir ne remplirait pas ce rôle ? Ca à l’air important pour vous d’avoir ce comité de modération, je ne voudrais pas non plus bloquer la discussion là-dessus. :slight_smile:

Oui, ou “selon les modalités de l’article 18”.

Pour la composition minimale, ça me parait important de nommer explicitement les postes, et peut être rajouter quelque chose comme : “Ce bureau pourra être complété au besoin par X autres personnes” ?

  • Concernant l’inclusion du bureau dans le comdir :

En fait le bureau et le comdir travaillent ensemble quotidiennement : le trésorier a la responsabilité financière de l’association. Il ne peut pas signer des chèques en faisant confiance au comdir, il doit faire partie de la prise de décision, idem pour le président. Le bureau est vraiment l’organe qui porte les responsabilités, il me parait nécéssaire qu’il ait son mot à dire.

La gestion “au fil de l’eau” de l’asso, “faire en sorte qu’elle vive”, que tu évoques, ce n’est pas le rôle du comdir ou du bureau : c’est celui du Directeur Général. Celui-ci n’a pas vraiment son mot à dire sur la politique de l’association, il est payé pour la faire avancer dans la direction qu’a choisi le bureau/le comdir. (Je dis “payé” car la plupart du temps le DG est salarié de l’asso.) C’est vraiment la structure classique des assos avec un peu d’envergure qui peuvent employer des salariés. (Si je ne dis pas de bêtises, c’est par exemple comme ça que fonctionne Framasoft). Dans les plus petites structures, c’est le bureau qui remplit ce rôle.

Par ailleurs, le bureau n’est pas un organe ad-hoc sorti de nulle part : il est également élu (pour 1 an, c’est court) par l’AGO, et peut être révoqué si besoin. Je ne pense pas qu’il faille avoir peur que le bureau joue un rôle prépondérant. Ca me parait même assez sain et souhaitable.

Très vrai !

Parce qu’il a peut-être une expérience technique que les autres n’ont pas, ou parce qu’on peut aussi considérer que le projet vit en grande partie grâce à ces contributeurs rémunérés. Un peu à la manière des syndicats en entreprise… On pourrait dire que les employés n’ont pas leur mot à dire, mais en réalité un climat social sain passe aussi par la prise en compte de l’avis des salariés…

Après, tout dépend de la manière dont les contributions sont rémunérées : est-ce que 1 ou plusieurs devs seront employés à temps complet (ou temps partiel, peu importe) (donc plus d’ancienneté, ou de régularité…), ou bien est-ce que cela fonctionnera plutôt sur le mode “bounty”, dans ce cas c’est moins pertinent.

Dans tous les cas, ce point ne me parait pas d’importance capitale… Si cela ne rencontre pas plus d’écho que ça, mieux vaut ne pas s’y attarder. :slight_smile:

À bientôt


#7

Effectivement, j’ai lu rapidement seulement la synthèse. Je répond sur tes remarques et en ajoute donc quelques unes.

Je suis le secretaire d’une radio avec des amis sous une forme d’association qui compte une vingtaine de membre et j’ai rédigé les statuts. Mais de façon globale quand on rédige des statuts (d’asso ou de sociétés) il faut faire très attention à deux choses:

-Assurer des contrepouvoirs (ce dont vous vous être largement préoccupé)
-Assurer que le fonctionnement de l’association ne risque pas d’être bloqué. Cela implique aussi de réfléchir à la manière dont chaque disposition des statuts peut, en cas de conflit interne, causé du tort. Plus c’est lourd, plus il y a d’instances et de discussion exigées par les statuts, et plus le risque de blocage en cas de conflit est important. Je trouve, dans l’absolu, le fonctionnement régulier de l’association trop lourd. Je n’ai cependant pas le temps, a regret, de dive vraiment dans les statuts.

Des membres de l’association et de toute réunion où il peut se passer quelque chose. A mon sens il faudrait que le comité de direction et le bureau puissent être saisie par un certain nombre de membres. Par exemple dans l’article 10, un tel mécanisme est prévu mais je pense qu’il faudrait l’ouvrir à une fraction de tous les membres (genre 15 ou 20%) et que la réponse du bureau soit transmise à tous. Le même mécanisme devrait être repris pour le comité de direction.

Ce n’est pas mon association donc je ne suis personne pour dire quelle est la priorité. Cependant, si vous mettez un quotas ou quelque chose de ce genre vous risquez de vous bloqué. C’est une position politique mais je n’aime pas les quotas, pour moi ont leur place ceux qui sont les plus compétent/appréciés dans la communauté que vous formez. N’oublions pas que lors de toute réunion/échange, toute intervention marginalisant qui que ce soit de quelque manière sera clairement un motif grave d’exclusion.

Concernant d’autres remarques:

-Article 10: "Les membres de l’assocation disposant de plus d’un an d’ancienneté peuvent saisir le Bureau s’iels estiment qu’une décision importante ou urgente doit être prise pour maintenir le bon fonctionnement de l’association. Par exemple:

Exclure un·e membre de l’association
Révoquer le mandat d’un·e membre des Comités de Direction et de Modération
Apporter une modification à la Charte

Le Bureau a l’obligation de statuer sur la question posée dans un délai de 2 semaines et de conserver une trace des échanges et des discussions qui ont eu lieu, ainsi que de transmettre ces archives au Bureau suivant."

Même remarque que plus haut, une fraction de tout les membres plutot, la réponse doit être accessible à tous. Le mécanisme doit être élargi aux autres instance de l’association.

-Article 12: le statut de contributeur me semble trop large dans le cadre d’une définition par des statuts. Exemple “Aide apportée aux autres utilisateur·ices”. En l’état, quelqu’un qui m’aide a installer mon instance funkwhale peut revendiquer le statut de contributeur. C’est un peu abusé.

-Article 16 “Le ou la Trésorière soumet à l’approbation le rapport financier comportant les comptes de l’exercice écoulé.”.
Je pense qu’il serait opportun que le budget de l’exercice à venir soit également soumis à approbation.
“L’Assemblée décide ensuite par consensus du meilleur moyen d’élire les prochain·es membres Bureau. Elle procède ensuite à l’élection en suivant le moyen choisi. Si aucun consensus sur le mode d’élection n’est trouvé par l’Assemblée, ce sont les membres actuels du Bureau qui choisissent.”
Ca c’est, à mon sens, extrêmement mauvais. D’une part cela créée une difficulté supplémentaire sur la méthode d’election. Surtout, le risque qu’aucun consensus ne soit trouvé est élevé. En ce cas, le Bureau a le pouvoir de choisir son mode d’élection (et donc un mode d’election favorisant sa réélection…).
“Les décisions sont prises à la majorité absolue des suffrages exprimés par les membres présent·es ou représenté·es. Les abstentions sont considérées comme des suffrages exprimés.”
Très dangereux aussi. La majorité absolu c’est 50% des suffrages exprimés. Cela signifie qu’il faut que 50 des membres totaux de l’AG (présent ou non) soit d’accord. Je ne vois pas ce qui justifie que les abstentions soient ainsi prise en compte à part risque une fois encore de paralyser l’AG.


#8

Merci @Vmon, @jovuit et @gordon, il y a beaucoup do choses hyper intéressantes dans vos messages.

J’ai tout lu, mais je ne reviendrai que sur les points qui à mon sens nécessitent une clarification ou un débat, car @gordon à déjà répondu à pas mal de choses et comme nous avons écrits ces statuts à quatre mains, vous pouvez considérer que je partage ses positions :slight_smile:

Je plussoie : on est déjà que des hommes. Ici, pendant les Sync, dans le développement…. Le noyau dur du projet manque clairement de diversité, et c’est crucial pour moi de se donner les moyens d’inverser cette tendance.

Dans un premier temps, le Comité de Modération peut être constitué de deux ou trois personnes référentes. Il n’a pas besoin de se réunir souvent, seulement pour faire évoluer la charte et pour traiter les éventuels problèmes. Dans les premiers temps de l’association, cela devrait être plutôt tranquille, mais le fait que cet organe existe est important car il assure que :

  • Nous avons une Charte, et que nous nous engageons à la faire respecter
  • Une personne qui se retrouverait victime de harcèlement de la part d’un·e membre du collectif aurait des personnes vers qui se tourner pour faire cesser immédiatement la situation

Pour moi, c’est avant tout une question de séparation des pouvoirs. En ayant une entité séparée pour assurer ce rôle, et seulement celui-là, on garantit autant que possible que les décisions prises ne seront pas affectées par des questions de pouvoir, mais bien motivée par le bien être des personnes concernées et de l’asso.

Personne ne sera salarié a priori (au moins à court et moyen termes). Ceci étant, le mode bounty encourage aussi la précarité. Dans l’absolu, j’aimerai que l’asso s’engage à rémunérer des contributeur·ices pour des periodes données (par exemple deux ou trois mois) et pour un nombre d’heures ou de demi-journées convenu ensemble : par exemple, ce trimestre, tu peux nous facturer jusqu’à 2 demi journées de travail de traduction par mois.

L’avantage est double :

  • Pour l’asso, il permet d’estimer le volume et le type de contributions qui vont être reçues
  • Pour la personne qui contribue, elle sait précisément ce qui l’attend et combien elle peut toucher, ce qui lui permet d’avoir d’autres activités en parallèle

C’est aussi pour ça qu’élaborer un budget annuel et le faire voter par l’AG me parait illusoire, surtout dans un contexte où le volume de dons peut varier rapidement (il est tout à fait plausible qu’on passe de 80 à 200€ de dons mensuels cette année, par exemple, ou au contraire de 80 à 20).

Normalement c’est prévu, un tiers des membres peuvent convoquer une AGE (donc changer de Bureau, ou se prononcer sur autre chose). D’autre part, n’importe quel membre (une seule personne) peut saisir le Bureau sur une question de son choix, mais ça je ne l’ai pas inclut dans la synthèse :x On pourrait élargir ça au Comité de Direction aussi :slight_smile:

La documentation, le support, l’assistante, ça fait partie de l’écosystème du projet. Sans support, pas d’utilisateur·ices, donc ça ne me choque pas de considérer ces aspects comme des contributions à part entière. Bien sur, on peut encadrer et limiter par exemple au support et à la documentation effectuée sur les espaces officiels du projet (forum, chat, etc.) par exemple.

Je suis d’accord. On gagnerait à préciser les choses à mon avis. Sans parler du risque démocratique, il y a aussi le risque tout simplement d’une discussion qui s’éternise et qui phagocyte l’AG.

On parle bien des membres présent·es ici, donc les absent·es ne comptent pas. Quand aux abstentions, pour moi, s’il y a un très gros volume d’abstention sur une prise de décision, c’est que la question posée n’est pas bonne, où en tout cas qu’il faut en discuter plus (quitte à repousser le vote pour permettre aux personnes de prendre une décision).


#9

Most if not all of the mentionned suggestions/issues were discussed Sunday during Funkwhale Sync #3 (See meeting notes)

I’m going to close this topic and open another one to summarize our progress, outline the discussed changes, and talk about the next steps :slight_smile:

Many thanks to everyone who contributed to this discussion and improved the quality of our statuse!


#10